Illustration : capture d'écran du logiciel Adobe Lightroom 5. Logiciel spécialisé, entre autres choses dans le développement numérique des fichiers RAW.

Illustration : capture d'écran du logiciel Adobe Lightroom 5. Logiciel spécialisé, entre autres choses dans le développement numérique des fichiers RAW.

Le format RAW en bref :


Il est impossible de parler de développement numérique sans mentionner le format qui lui est lié : RAW. Cet article sera court, c'est normal : il sera complété par un beaucoup plus complet.

 

Pour commencer, ce format est connu avec plusieurs noms d’extensions de fichiers : .PEF (Canon), .NEF (Nikon), .DNG (Adobe)…

Ses avantages :


-    Il offre une plus grande profondeur de couleur que les formats JPEG et TIFF. On bénéficie ainsi d’une plus grande marge de manœuvre dans l’optimisation des images travaillées sans craindre de perte de qualité significative.


-    Les modifications réalisées sur le fichier sont dites « non destructives » : les modifications sont alors enregistrées dans un fichier texte adjoint au fichier image ce qui rend les retours en arrière et annulations possible sans dégradation de l’image. L’exemple le plus simple étant la possibilité de conserver noir et blanc et couleur en même temps sur le même fichier RAW.


-    La dynamique de l’image RAW est bien supérieure à celle du JPEG ou du TIFF : les zones trop exposées comme les zone qui ne l’ont pas été assez peuvent être réexposées en post-traitement afin d’avoir, au final, une image sans zone « brulée » ou « bouchée ».


-    Il représente un format d’archivage de choix : les réinterprétations peuvent être infinies selon la finalité recherchée.


-    C’est le format idéal pour des agrandissements futurs : les images ne subissant aucune interpolation (contrairement au JPEG et certains TIFF), leur agrandissement au-delà du légendaire x4 devient possible sans trop de dégâts.

 
Comparatif entre RAW et JPEG/TIFF :

 

-    Espace nécessaire pour l'enregistrement d'un RAW jusqu'à 5 fois supérieur que pour un JPEG mais souvent 1,5 fois moins qu'un TIFF.

 

-    Contrairement au JPEG et TIFF qui sont directement exploitables, le RAW nécessite une conversion.

 

-    Les TIFF et JPEG sortant directement d'un appareil photographique sont échantillonés sur 8 bits alors que les RAW le sont sur 12 voir 14 bits.

 
Conclusion :

 

     En conclusion, il peut être dit que le format RAW, de part, principalement son échantillonage et l'absence d'interpolation entre les pixels est le format idéal pour la production d'images "au top" en terme de qualité. Cette qualité se fera néanmoins au détriment de la rapidité et de l'espace de sotckage et d'archivage. Je vous montrerai dans le prochain article qu'il peut etre possible de travailler vite avec des fichiers RAW même volumineux. Tout est question d'organisation....

 

Tag(s) : #Technique photo

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :